« Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. »

hémicycle senat

Ce vieux proverbe français s’applique malheureusement toujours à notre peuple aujourd’hui, en 2021.
Écrasés par la propagande médiatique, usés par une pandémie qui n’en finit pas (en France) déprimés, désorientés, les Français ne réalisent pas ce qui se passe,
insidieusement au sommet de l’État.

Les Français ne voient pas que notre pays a quitté le rang des démocraties pour devenir un État autoritaire, oui une dictature, où tous les pouvoirs sont entre les mains d’un seul homme : Macron.
Les Français ne voient pas qu’il n’y a plus d’équilibre des pouvoirs. Ils ne voient pas que le parlement n’a plus aucun contrôle depuis que l’état d’urgence sanitaire a donné tous les pouvoirs décisionnaires à un groupe d’individus, non
élus pour la plupart : ’’le conseil scientifique’’.
Les Français restent sourds aux alertes lancées par quelques élus qui s’inquiètent depuis des mois de cette dérive autoritaire de l’État.

S’il pouvait s’entendre au début de la pandémie que l’on puisse mettre en place un état d’urgence, il n’est plus possible d’accepter aujourd’hui, après plus d’un an, que cet état d’urgence perdure et annihile ainsi toute expression démocratique.

Dans tous les pays voisins ce sont les parlements, les représentants élus de la nation qui votent les mesures sanitaires (confinements, fermeture des frontières, déconfinement,…).

Hier, le jeudi 15 avril, l’Assemblée Nationale, dans un hémicycle clairsemé, a accepté de ’’se suicider’’ en acceptant la prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 31 décembre 2021.
Ceci signifie que Macron aura la possibilité de suspendre nos libertés sans aucun contrôle parlementaire.

Il est urgent que les Français retrouvent l’ouïe, la vue et le courage pour reconquérir leur liberté et la nation qui jadis fut la nôtre.

J’ai commencé mon propos avec un proverbe, je le terminerai avec cet autre proverbe de Denis Diderot :
« Ce qu’il y a de plus triste chez l’esclave c’est qu’il ne sait pas qu’il porte des chaînes. »


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quinze − treize =