L’enseignement en France aujourd’hui ne garantit plus l’égalité des chances entre tous les élèves.
Ceci en raison de l’effondrement du niveau de l’Education Nationale et de l’accueil des élèves issus des familles les plus aisées au sein d’écoles privées de qualité.

La question est de savoir pourquoi l’enseignement public en France est devenu ce qu’il est aujourd’hui alors qu’il était d’une excellente qualité dans les années soixante?

Deux phénomènes essentiels se conjuguent. D’une part un choix idéologique, d’autre part un choix de société qui a permis l’accueil en France de millions d’immigrés. Ces deux phénomènes sont en fait étroitement liés.
En évoquant un choix idéologique je fais référence à la volonté de nos dirigeants de rompre avec un système éducatif qui bénéficiait à toute la population pour favoriser un système partitif qui verrait l’émergence d’une élite.
Aujourd’hui ils ont atteint leur objectif si on se réfère aux évaluations PISA mais aussi au niveau global de l’enseignement public en France. Non seulement le niveau des élèves est inquiétant (un élève de cinquième aujourd’hui aurait le niveau d’un élève de CM2 en 1980!) mais il faut bien
constater que l’avenir de nos enfants dépend de l’établissement dans lequel ils vont étudier. Il n’y a pas de comparaison possible entre un établissement d’un quartier populaire de province et l’école Alsacienne à Paris, par exemple, école où sont scolarisés nombre d’enfants de nos ’’élites’’.

Nous sommes en droit de nous demander pourquoi les dirigeants de ce pays, depuis plus d’un demi siècle ont fait ce choix idéologique. Pourquoi ont-ils décidé de sacrifier l’enseignement public?

Peut-être ont-ils compris qu’un peuple éduqué, un peuple qui pense est plus difficile à tromper qu’une masse d’ignorants? Depuis Jules Ferry les enseignants avaient pour mission d’apprendre à leurs élèves à lire, écrire et compter. Ces enseignants y ont mis tout leur cœur et tout leur talent.
Souvenez-vous qu’on les appelait les hussards de la République. Mais, fidèles à la maxime d’Aristophane « Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu. », ils ont contribué à former des citoyens lettrés et donc éveillés.
De tels citoyens ne pouvaient convenir à des dirigeants corrompus, adhérant à l’idéologie mondialiste et qui avaient décidé d’en finir avec l’état Nation, de dissoudre la France dans l’U.E. et dans un Monde dirigé par l’argent et des intérêts supra-nationaux.
J’aborderai dans un prochain article les détails de l’organisation de cette destruction programmée de l’enseignement public. J’essaierai de mettre en perspective les choix programmatiques, les multiples réformes de l’Education Nationale avec le déclin régulier du niveau des élèves.

 » De l’éducation de son peuple dépend le destin d’un pays.’’ (Benjamin Disraeli).
Catégories : Education

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

vingt − huit =